• Isabelle

J'ai vu... Tenet (et çà marche dans les 2 sens)

Voici une critique du film Tenet réalisé par C. Nolan, enfin du moins une tentative, garantie sans spoil parceque ce serait dommage...

Revoilà Cristopher Nolan avec Tenet, un film de SF qui lui colle bien à la peau. Après avoir fait un petit détour par la case "film historique" avec Dunkerque, le réalisateur culte des histoires puzzles, remet son public face à un nouveau casse-tête temporel, son sujet fétiche depuis plus de 20 ans.

Tenet, de quoi çà cause. Et bien, difficile de vous faire un résumé, pas à cause des spoils, non, surtout parceque c'est, comme la plupart des grands Nolan, inrésumable. Si je vous dis que des rouges aident des bleus, mais à l'envers, ça ne vous parlera pas. Alors vous voyez, je ne risque pas de vous spoiler grand chose. Tout ce que je peux vous dire c'est que c'est James Bond au pays du temps inversé et débrouillez vous avec çà !

Le héros de Tenet (qui n'a pas de nom) est joué par John David Washington, le fils de la star Denzel, un pro du football américain à l'origine, ce qui lui sert pas mal ici pour ce rôle plutôt très physique : il court, il saute, il tabasse. Bref ! Un vrai espion de film d'action. Il est secondé par un acteur très en vogue que vous verrez bientôt dans le nouveau Batman : Pattinson, dit Robert, dit "celui qui a deux expressions mieux qu'une huître mais pas tout à fait". Pattinson a heureusement fait quelques progrès depuis qu'il n'a plus ses canines mais franchement on se demande bien ce que les réalisateurs lui trouve. La chance ici pour Pattinson, c'est qu'il joue dans un Nolan, donc pas besoin franchement de bouger les traits de son visage, ça le sauve.


Le grand rôle féminin, celui de la mère traumatisée que Nolan affectionne tout particulièrement dans ses histoires, est ici donné à la nouvelle égérie australienne : Elizabeth Debicki (que vous verrez bientôt dans le rôle principal de la série The Crown et qui jouait une superbe reine dans Les Gardiens de la Galaxie). Une chouette actrice, dont le potentiel est malheureusement un peu bridé par ce manque cruel d'émotions que Nolan a bien du mal à ajouter à ses histoires, souvent froides. Un défaut (ou marque de fabrique ?) qui coupe tout attachement que le public pourrait porter à ses personnages.


Le plus beau rôle revient évidemment au méchant de l'histoire, le magistral Kenneth Branagh, qui surpasse largement tous les protagonistes du film. Le seul aussi qui montre de vraies émotions, sans doute parceque justement il est le seul à les comprendre et a les utiliser contre ses ennemis. C'est étonnant de voir comme le personnage ressemble d'ailleurs physiquement au réalisateur. Peut-être est-ce sa propre image que C. Nolan perçoit et projette à travers ce personnage. Les émotions, c'est le mal. A méditer.

Notons le caméo de l'acteur fétiche de C. Nolan : Michael Caine, qui fait désormais sa petite apparition dans chacun des films du réalisateur. Je ne vous dit pas pourquoi et où, vous le découvrirez bien assez tôt...

L'histoire quand à elle est complexe. Terriblement et passionnément complexe. Au grand plaisir du spectateur. Quand vous êtes habitué à Nolan, vous devrez utiliser tous les neurones de votre cerveau pour suivre chaque instant de ce film hors du commun. Evidemment cela rappel Inception sans aucun doute par la thématique, les personnages, les décors , la musique et en y regardant de plus près , sans doute y verrez vous des éléments qui vous mettrons la puce à l'oreille, ce qui fait que Tenet en serait une suite ou un spin-off.

Pour les anecdotes, sachez que Nolan a fait exploser un vrai Boeing pour la scène de l'avion que vous pouvez voir en partie dans le trailer, que le film est entièrement tourné en décors naturels dans sept pays différents à travers le Monde et que Tenet est un palindrome, c'est à dire que le film peut se voir en avant ou en arrière (comme le titre). Une sacré performance de Nolan, dont vous pourrez certainement admirer la technicité quand il sortira en VOD et DVD, parceque là évidemment vous ne pouvez le voir que d'une façon : à l'endroit. Ou presque... enfin allez le voir, tout sera plus clair, ou...obscur (ceux qui l'auront vu, "sachent"...).

Tenet est en avant-première mondiale en France les 24 et 25 Août. Sortie mondiale sur les écrans (et IMAX) le 26 Août.


69 vues

© 2016 L'étrange Lucarne Copyright