• Isabelle

J'ai vu The Hole in the Ground...

Mis à jour : 24 oct. 2019

Sélectionné en compétition au Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg 2019, The Hole in the Ground fait partie de cette nouvelle génération de films fantastiques dont le monstre le plus dangereux reste l'humain...

Thriller fantastique irlandais, réalisé par Lee Cronin, The Hole in the Ground a été un film très remarqué au dernier Sundance. C'est le 1er long-métrage de ce réalisateur qui avait reçu en 2013, le Melies d'argent pour le meilleur court-métrage avec "Ghost Train", une impressionnante histoire d'imaginaire, d'enfants et de revenants, que vous pouvez visionner sur le youtube du réalisateur : https://www.youtube.com/watch?v=xmHKq_ane0o


The Hole in the Ground c'est l'histoire d'une mère qui part s'isoler au milieu des bois avec son fils. Elle découvre alors un trou immense caché dans la forêt et a le sentiment étrange que son enfant n'est plus son fils, remplacé par quelque chose d'autre....


Comme une grande majorité des films présentés au FEFFS, ce film a une esthétique particulièrement travaillé. La photo réalisée par Tom Comerford, est à seule une véritable grammaire imagée de l'esprit des personnages. Réalisé avec peu de moyens, The Hole in the Ground joue essentiellement sur la psychologie trouble des personnages. Lee Cronin se joue de notre interprétation : la mère est-elle devenue folle ou a-t-elle raison ? Le réalisateur aurait pu laisser en suspend cette question comme certains films de ces derniers années le faisaient, laissant la conclusion au spectateur. Mais non, il prend partie et nous donne une solution. Ce qui n'est pas plus mal, avec un très léger doute quand même au final, histoire de faire un clin d'oeil aux traditionnels films d'horreur.



L'histoire est très bien construite, les éléments sont clairs et impactant. Pas besoin de tout dire, tout expliquer, c'est un scénario qui prend le spectateur à parti intelligemment. L'héroïne as une grosse cicatrice sur le visage, et sans le dire, on comprend très bien que son histoire avec son mari s'est très mal finie. Sa relation avec son fils c'est aussi un parallèle avec la relation avec son ex. Le vieux voisin qu'elle rencontre cache une histoire sombre et ne veut pas voir la vérité en face. Les hommes deviennent ils donc tous des monstres ou rendent ils les autres monstrueux ? Une question que devra résoudre avec tout son courage cette femme au passé douloureux.


Seul petit bémol que j'ai trouvé dommage : montrer les monstres. Personnellement, je trouve qu'on était même pas obligé de les voir. Ca aurait été beaucoup plus fort en les suggérant, l'imagination aurait fait le reste et ça aurait rendu la fin beaucoup plus interrogative sur l'esprit trouble de cette femme.

En tout cas, une belle équipe à suivre dans les années à venir et un film à voir pour l'impeccable interprétation de Seana Kerslake et du petit James Quinn Markey (vu dans la série Vikings) terriblement glaçant.







© 2016 L'étrange Lucarne Copyright