top of page

H O R I Z O N le renouveau du western par Kevin Costner

Chaque année, un film époustoufle par ses images, son histoire, ses acteurs, sa direction artistique, ressort du lot et donne le ton au 7e Art. En 2024, ce sera Horizon de Kevin Costner, et je vais vous expliquer pourquoi vous ne verrez pas passer les 3 heures de ce western extraordinaire.

Horizon est la chronique de plusieurs personnages sur 15 ans avant et après la Guerre civile avec la conquête de l'Ouest américain et ses multiples problèmes. Le western n'est pas du tout à la mode et on pourrait se dire "allez encore des cowboys poursuivant des indiens, çà va être long et chiant".

Mais pas quand c'est Kevin Costner derrière la caméra.


Kevin, n'était plus vraiment là depuis un moment. A part la série Yellowstone entre 2018 et 2022, il a enchainé nanars sur nanars et petits rôles qu'il animait toujours avec cet amour de l'art qui le possède. Kevin, c'était l'amoureux secret de ma mère et celui de beaucoup de maman, car fin des années 90, beaucoup de petit Kevin sont nés suite à sa présence emblématique dans "Danse avec les loups", "Robin Hood", "JFK" et "Bodyguard" ainsi que ses petites mèches si sexy... hum hum... bref, Kevin Costner c'était le séducteur, simple, proche des gens, qui jouait merveilleusement bien des rôles complexes et tout en retenu. Il était aussi un grand, très grand réalisateur, et puis il a disparu durant un période qui fût très difficile pour lui. Heureusement, son amour du cinéma et de l'histoire de l'amérique, ont fait qu'il s'est acharné depuis des années et des années a réaliser ce film : Horizon, dont il rêvait. Une grande saga en trois films racontant la conquête de l'Ouest et la naissance chaotique du peuple américain tel qu'on le voit aujourd'hui. Des années de travail et 100 millions de dollars plus tard, Kevin Costner réalise son rêve et le notre par la même occasion.



Horizon c'est déjà une direction artistique impeccable, très bien documentée, avec une ouverture sur des paysages a vous couper le souffle comme dans les grands westerns américains classiques. Et déjà rien que pour çà, allez le voir sur un très grand écran, faites vous plaisir, réservez directement dans des IMAX, çà vaudra le coût. Les costumes, les accessoires, tout est détaillé, magnifique et très bien travaillé pour le moindre personnage du film.

Si je parle de western classique, ce n'est pas pour rien, c'est que le début du film (et promis vous n'aurez pas de spoil) démarre comme un western classique : attaque des méchants indiens, petits enfants en pleures, arrivée en retard de la cavalerie. Mais...oui mais... c'est Kevin Costner (avec ses co-scénaristes John Baird et Mark Kasdan) et Kevin n'est pas classique. Il aime jouer avec les codes, surprendre comme il l'avait déjà fait avec "Danse avec les loups". Si le film est si long, c'est aussi parcequ'il voulait montrer la vie et les sentiments de tous les parties. Un humain, dans n'importe quel camp, n'est pas tout blanc ou tout noir. C'est beaucoup plus complexe. Et si les indiens n'étaient pas aussi méchants qu'imaginent les braves conquérants de l'Ouest, et si les petits blancs venus envahir le continent étaient également hors la loi, et si la cavalerie n'était pas aussi opposée aux indiens que nos anciens films le font croire, et si, et si et si... Finalement, au fur et à mesure des révélations, on s'attache à chaque personne et on découvre bien des manières de réfléchir aux situations. Les points de vue, voilà ce qui compte pour Kevin Costner.



Chaque personnage est d'une ampleur rare. Kevin Costner est un très bon directeur d'acteur et il en fait encore la démonstration ici. On tremble, on pleure, on rit, chaque personnage est attachant. Kevin Costner arrive tard dans le film et ne se met pas forcément en avant. C'est un type un peu vieillot, sur la touche, solitaire, qui ne veut pas se mêler de quoique ce soit et pourtant si touchant.

Tout ceci nous est servi par une technique maitrisée, des cadres incroyables et une lumière furieusement naturelle et incroyablement complexe. On peut remercier le chef op J. Michael Muro pour ce cadeau ( chef op de Scorcese et James Cameron rien que çà). Si Kevin Costner a besoin de développer cette histoire aux multiples facettes sur trois films de trois heures, c'est parceque non seulement l'histoire de l'Amérique est riche, mais il nous incite à réfléchir sur pas mal de thématiques profondes, notamment l'utilisation de la violence et les armes. Kevin Costner est pro-armes et veut montrer que leurs mauvaises utilisations sans aucun cadre provoque des catastrophes. Personnellement je suis complètement contre et les images que je vois dans ce film ne font que renforcer ma conviction, mais ce n'est que mon avis personnel. C'est aussi çà qui est intéressant, un beau film et aussi une belle réflexion qui permet d'entretenir des conversations après la séance, comme au bon vieux temps des grands films classiques. Merci Mr Costner pour cette très belle aventure, je ne manquerai pas de courir voir les suites. HORIZON : UNE SAGA AMÉRICAINE CHAPITRE 1 sur vos écrans le Mercredi 03 Juillet 2024.



16 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page